2014/03/21

Qu'est-ce la pleine conscience?


Pratiquer la pleine conscience est  un acte radical d'amour.
Jon Kabat-Zinn





La pratique de la pleine conscience (en Anglais "mindfulness") est une pratique méditative issue de la tradition bouddhiste visant à cultiver la pleine présence à l'expérience.  Elle peut être définie comme "l'état de conscience qui résulte du fait de porter son attention de façon intentionnelle et non jugeante sur l’expérience qui se déploie moment après moment" (Kabat-Zinn, 2003). Autrement dit elle s'exprime par un "oui" inconditionnel à notre expérience quelle qu'elle soit, d'instant en instant.

Nonobstant son lien profond avec certaines traditions contemplatives orientales, la pratique de la pleine conscience touche à la capacité universellement humaine de porter l'attention à l'expérience du moment présent. Le terme utilisé en langue Pali pour nommer cette capacité est "sati" et signifie "mémoire, souvenir". Il s'agit donc de nous entraîner à nous souvenir moment après moment ce que c'est d'être réellement au rendez-vous de notre vie, ici et maintenant.

Cette compétence profondément universelle de présence est cependant généralement peu exercée et si nous ne sommes pas attentifs notre rencontre avec notre vie risque de se faire à travers nos conditionnements innés et passés (nos "pilotes automatiques", les histoires que nous nous racontons, les rôles et identités que nous assumons, souvent malgré nous), nous laissant souvent stressés, fâchés, tristes ou inquiets. Une étude menée à l'Université de Harvard a démontré que nous passons en moyenne 50% de notre temps éveillé dans des pensées vagabondantes dans le passé ou le futur. Or, le seul moment que nous ayons à vivre réellement, c'est le moment présent. L'étude a révélé aussi que quand notre esprit vagabonde il se sent moins heureux que si il est réellement présent à ce qui se passe (et ce même si ce qui se passe est vécu à priori comme désagréable). En d'autres mots, un esprit qui vagabonde est un esprit malheureux...

Nous sommes en effet souvent à mille lieux de l’ici et maintenant, en pilotage automatique, pris dans des ruminations sur le passé, des projets sur l’avenir, des jugements sur le présent. Le rythme frénétique de la vie nous pousse également à tenter de faire face à de multiples demandes et nous confronte à une nécessité de nous adapter rapidement à des environnements en contant changement. Ceci peut nous éloigner de notre capacité à répondre avec stabilité et clarté et entraîner de la souffrance: tensions (physiques et/ou psychologiques), irritabilité, humeur morose, tensions relationnelles, impulsivité, difficulté à se concentrer, troubles du sommeil, fatigue voire épuisement, ou maladie…

La pratique de la pleine conscience se révèle dès lors intéressante dans tous les contextes de la vie comme pratique laïque et c'est ainsi qu'elle est proposée dans les programmes MBSR.

En nous entraînant à la pratique de la pleine conscience, nous nous efforçons à nous souvenir de notre capacité innée à:
  • observer notre expérience de façon directe, à travers nos sens, permettant de connaître cette expérience pour ce qu'elle est (ou ce qu'elle n'est pas) 
  • apprendre à connaître nos schémas de réactivité, afin que celles-ci ne mènent pas la danse de notre vie
  • créer des espaces de pause au coeur des événements de notre vie afin d'y répondre avec plus de stabilité, de clarté et de bonté; nous apprenons ainsi à nouer une nouvelle relation avec tous les instants de notre vie, nous permettant d'être plus résidents face aux "hauts et bas" de l'existence
  • développer une meilleure qualité de vie, en prenant mieux soin de nous-mêmes et de notre relations aux autres
  • poser les bons choix, en accord avec nos valeurs et honorant notre potentiel et nos limites
  • vivre avec plus de sérénité, de contentement, d'émerveillement et de gratitude
Elle nous permet en somme de nous engager pleinement dans cette vie précieuse et fragile qui nous est donnée.

Dans la pratique de la pleine conscience nous nous engageons à pratiquer à deux niveaux, intimement inter-connectés:

La pratique formelle de la pleine conscience se réfère au fait de consacrer régulièrement et exclusivement un certain temps à la pratique de la pleine conscience par la méditation ou le yoga. La pratique formelle s'opère à travers des postures corporelles facilitant le retour au calme corporel et mental. Ces postures incluent la posture assise, la posture debout, la posture allongée, la marche méditative et les postures de yoga en pleine conscience. 

La pratique informelle de la pleine conscience consiste en l'intention d'apporter une présence non-jugeante à chaque instant de notre vie de tous les jours: dans tous les actes du quotidien et dans tous nos interactions avec autrui et le monde. Chaque instant de notre vie nous offre une invitation à être présent pleinement. Et n'oublions pas que la vraie paix commence à la table du dîner :-) 

En cultivant ainsi une pratique immédiate, cohérente et intégrée de la pleine conscience dans tous les instants de notre vie nous apportons attention, direction et sens à notre existence moment après moment. Notre vie peut alors devenir une réponse habile, bienveillante et profondément éthique aux situations et défis que nous rencontrons d'instant en instant.

Les outils de la pleine conscience offrent des moyens habiles de gestion du stress et d'amélioration du bien-être, appuyés par de nombreuses enquêtes sur le terrain et un nombre toujours croissant de recherches scientifiques. Toutefois, s'ils conviennent à un grand nombre de personnes et de situations, ces outils ne sont pas une panacée, comme on pourrait parfois le croire.  La pratique de la pleine conscience ne remplacera jamais un traitement médical ou médicamenteux (en cours ou indiqué). Je vous invite à prendre davantage connaissance des indications et ses contra-indications de la pratique de la pleine conscience ici.